Le retour du topic de la science et des choses étranges

Qui possède Ellis Island et Liberty Island ? Un sacré casse-tête.

Pourquoi les bombes à air comprimé refroidissent sensiblement quand on les utilise. Ah ! Oh !

Launched from Cape Canaveral, Florida on May 23, these 60 satellites are the first build-out of Elon Musk’s Starlink internet constellation. Eventually, the plan is for this telecommunications system to provide low-cost broadband internet access to paying customers around the planet, including remote areas where internet service is hard to come by. Starlink won’t reach “significant operational capacity” until at least 800 satellites are placed in orbit, so the private company still has a way to go.

Late last week, the 60 Starlink satellites, each weighing 500 pounds (227 kg), were placed in Low Earth Orbit (LEO) at an altitude of 400 kilometers (250 miles). The intended orbit is much higher. Accordingly, each satellite is equipped with a Hall ion thruster, which will enable the units to adjust their positions in orbit, hold an intended altitude, and even deorbit themselves when the time comes. SpaceX doesn’t expect these satellites to last more than five years, after which time they’ll dip back into Earth’s atmosphere and disintegrate during reentry; SpaceX intends to replace old satellites with newer models over the course of the project.

Importantly, this Starlink train is a temporary feature. The satellites will drift further and further apart with each successive orbit of Earth. This train, as Langbroek wrote at his website, “will probably quickly dissipate.”

C’est moi ou ça me paraît un énorme chantier pour quelque chose d’incroyablement temporaire ? Je comprends qu’il faut passer là pour inventer de nouveaux systèmes et raffiner les technologies, mais 5 ans, ça paraît tellement peu…

Entre ses beaux satellites blancs sur fond noir bien alignés et sa voiture qui se balade dans l’espace, il va bientôt pouvoir s’adonner à Night Driver IRL.

Ouais, je trouve qu’il y a un effet “je catapulte des ordures mais c’est bon, elles retomberont dans 5 ans”. J’imagine que c’est effectivement l’aspect test qui prime pour l’instant.

Mais bon, il y a plein de trucs un peu foireux dans ce projet, les interférences radio que les milliers de satellites prévus à long terme vont provoquer, le protocole utilisé qui est supposément super mais chut chut pas de détails c’est de la magie, etc.

Elon Musk, qui vient de convertir son projet Hyperloop de train TGV dans le vide en un tunnel pour voiture, je rappelle.

J’espère très fort qu’ils savent ce qu’ils font, mais vu comme on a déjà du mal à ce que les satellites existants ne se rentrent pas dedans, je sais pas si en ajouter 12000 et multiplier leur nombre par 7 est une si formidable idée, même pour le beau projet de l’internet gratuit (hahaha mais non bien sûr) pour tous.

Entomologue, le plus beau métier du monde.

Mandarines du cosmos et Galaxie XIV (ou Pastis LI) en 1967.

Un groupe de scientifiques et assimilés ont signé une tribune et on lancé un compte twitter pour se plaindre du traitement des informations scientifiques dans les médias généralistes (à base de trucs genre “selon une étude américaine, l’huile d’olive donne le cancer et alzheimer”). C’est assez intéressant parce qu’ils sont très factuels-scientifiques… donc déjà je pense qu’ils ont perdu la bataille médiatique.
Notamment, ils parlent des choses qui font consensus dans la communauté scientifique et qui ne sont pas ouvertes à débat, comme le changement climatique (vrai) ou l’homéopathie (connerie), mais aussi des sujets peu populaires, et je pense que ça va se retourner contre eux : le glyphosate n’est probablement pas cancérigène, le nucléaire est notre meilleure chance de limiter l’émission de gaz à effet de serre… Effectivement, ces problèmes-là font consensus, mais pas les autres (impact du glyphosate sur les abeilles, problème des déchets nucléaires et de l’entretien des centrales), et le problème est que pour eux, c’est clair qu’il s’agit de problèmes différents, que différentes disciplines traitent de différentes choses… mais dans le public, tout est mêlé et les choses sortent rapidement de la sphère de la rationalité.

Bref, j’aime bien le côté “scientifiques en blouse qui sortent de leur laboratoire pour crier un peu, et puis ensuite qui rentrent parce que la science elle va pas se faire toute seule”.

En plus, ils ont décidé de tout écrire en écriture inclusive, ce qui fait bien chier les connards (déjà, deux des journaux qui ont publié leur tribune ont “corrigé” au masculin, ce qui est drôle/pathétique) et rien que pour ça ils me sont sympathiques.

https://nofake.science/tribune/

5 J'aimes

Un article long, passionnant et un peu flippant du Guardian sur l’invasion des villes européennes par les sangliers, conséquence de la destruction de leur habitat sauvage par les humains.

Alors j’ai pas lu l’article du Guardian, mais le Monde en parle aussi (et cite ton article). Et dans les liens, il y a ce site tellement ‘Murica

With the number of feral hogs throughout Texas growing at an alarming rate, HeliBacon helps landowners, farmers, and ranchers control the damage done by these invasive and destructive creatures. HeliBacon offers our clients a truly unique experience. Aerial depredation of feral hogs is necessary, effective, fun, memorable and safe. We look forward to flying with you soon.

De fait, la vivacité du sanglier est un signe paradoxal de la disparition inexorable de la vie sauvage. L’animal fait irruption dans la ville comme un messager de la catastrophe écologique en cours.

image

2 J'aimes

En Provence, c’est encore mieux : comme les sangliers reculaient, les chasseurs avaient moins de bestiaux à tuer. Donc ils ont encouragé le croisement entre le sanglier sauvage des collines et des cochons domestiques (qui font des portées beaucoup plus nombreuses) pour avoir plus de choses à shooter. Et maintenant, qui l’eut cru, c’est la merde parce que y’en a trop et que les cultures sont détruites de plus en plus bas dans les collines.
Et maintenant les chasseurs se portent en garants de la communauté et de l’écologie en protégeant les cultures du problème qu’ils ont créé eux-mêmes. Les connards.

Tardigrades may have survived spacecraft crashing on moon

The Israeli Beresheet probe was meant to be the first private lander to touch down on the moon. And all was going smoothly until mission controllers lost contact in April as the robotic craft made its way down. Beyond all the technology that was lost in the crash, Beresheet had an unusual cargo: a few thousand tiny tardigrades, the toughest animals on Earth.

Now, the organisation behind the tardigrades’ trip, the US-based Arch Mission Foundation – whose goal is to find a backup for Earth – has said the organisms may well have shrugged off the collision. “Our payload may be the only surviving thing from that mission,” Nova Spivack, the organisation’s founder, told Wired magazine.

Je n’étais même pas au courant que n’importe qui ou quoi a le droit de balancer et laisser des machins sur la Lune, tranquille, tant qu’ils ont le fric pour. Je suis étonné que Bezos ou Musk n’aient pas déjà gravé “promis j’ai une grosse bite” en géant dessus.

Ouais c’est le truc qui me dérange le plus dans cette histoire : la contamination biologique d’un environnement à priori stérile. Mais ça donne quoi la prochaine fois si un cretin largue une cargaison de tardigrades sur Europa, Titan ou Encelade ?

Quand tu vois que la NASA prend soin de faire cramer Cassini dans l’atmosphère de Saturne pour éviter justement toute contamination potentielle…

En meme temps la NASA a aussi laissé les dechets biologiques sur la lune pendant Apollo. Mais maintenant il se demande si ca serait interressant de retourner les chercher…

MEDICINE PRIZE [ITALY, THE NETHERLANDS]
Silvano Gallus, for collecting evidence that pizza might protect against illness and death, if the pizza is made and eaten in Italy.

Dans un autre genre :

2 J'aimes