Le Topic Rétro

J’ai tenté, avant d’être immédiatement et définitivement propulsé hors de la vidéo par cette contre-plongée terrible sur des entrejambes boudinés.

2 J'aimes

Arte lance une websérie en financement participatif sur le jeu-vidéo français des 80’s/80’s. Il y aura 10 épisodes (whoo!) de 5 minutes (oh) commenté par… Vincent Dedienne.

Nous rencontrerons les créateurs les plus connus et récompensés par les prix et le succès de la période la plus prestigieuse du jeu vidéo français : Paul Cuisset, Eric Chahi, Frédéric Raynal, Benoit Sokal, Philippe Ulrich, Didier Bouchon, Eric Safar, Pierre Estève, Sébastien Siraudeau, Majid Taibi et Elmobo.

Daniel Ichbiah, l’historien des jeux vidéos, replacera les créations dans leur contexte.

Et le youtubeur Benzaie nous parlera de l’impressionnante descendance des jeux de cette époque qui ont abouti aux grands « hits » d’aujourd’hui tels que « Resident Evil », « No Man Sky », « Limbo », ou le très attendu « Double Kick Heroes ».

/baillement

2 J'aimes

Raaaaahhhh, je suis vraiment irrité par la déification constante de cette période. Pionnier/fallait tout inventer/y avait pas de règle != âge d’or.

J’ai dû googler Vincent Devienne pour me rappeler qui c’était. En revanche, j’ai pas eu besoin de googler Ichbiah, expert en brodage (pardon, en romançage) dès qu’il lui manque des infos. Et Benzaie, euh… Joker ?

Sur le sujet, y a ce livre qui est sorti il y a quelques mois. Je ne sais pas ce que ça vaut.

Exact, Thomas Ribault… J’avais hésité à le prendre à la sortie, pour me raviser en tablant sur la probable traduction chez un éditeur français (donc avec une qualité d’impression/finition moins fauchée que chez HG101).

Il manque un sérieux étalonnage audio sur la vidéo “Time To Talk”, on passe d’un murmure à un cri. :confused:
[edit] Bon, c’est moins pire après.
[edit2] Par contre il y a des sons forts flippants qui émergent…

Je vais reprendre ici ce que colle je ne sais plus quel magazine télé pour les programmes so-so: selon votre goût.

1 J'aime

J’ai explosé de rire quand Joseph Redon a qualifié Douglas de hacker.

1 J'aime

Tellement déçu : je croyais en première lecture que c’était une web-série sur le financement participatif du jeu-vidéo français des 80’s/90’s, et j’étais sacrément intrigué. Au final c’est juste le marronier sur les meilleurs hôpitaux du retrogaming français.

Bon, il est probablement préférable de regarder la vidéo en coupant le son, mais random group d’idols a fait son dernier clip en Rockman 2.

Ca me fait penser que, si vous voulez entendre une version chantée et pas du tout officielle du thème d’Elec Man :

Qu’il a l’air bien ce doc sur la carrière de Llamasoft : HEART OF NEON

Le réal Paul Docherty était monteur sur le Jodorowsky’s Dune (2013) et, bien avant ça, graphiste dans l’industrie du JV.

5 J'aimes
1 J'aime

Quel super taf, cette PCE Mini. Sans dec’, à part l’étrange disparition de Tengai Makyō II sur la version occidentale (à cause du JASRAC vs. Les droits de Joe Hisaishi peut-être ?) et l’absence compréhensible mais malheureuse de traduction pour Snatcher, c’est à peu près tout ce qu’on pouvait rêver de la console. Je médisais qu’ils auraient fort à faire face à la MD Mini mais finalement…



Justement, DF Retro a une vidéo très complète sur la Mega Drive Mini. Bon taf globalement, mais des petits problèmes de son malheureusement.

MD Mini: petite redescente de hype après visionnage, sur l’ému audio notamment. On sent Linneman un peu emmerdé de devoir rendre tel verdict.

RetroStone2: merci Ono, mine de rien, le projet a l’air sympa et radicalement plus sexy que le premier modèle.

Mega Drive Mini

Ci-dessus, une collection des 42 intros / démos / attract modes du catalogue japonais, par ordre de sortie, via Higemaru. J’ai récupéré la version japonaise de la Mega Drive Mini, commandée en avril dernier avant de savoir qu’il existerait une version asiatique avec un meilleur line-up. Bah…

D’abord, quelques notes en vrac :

  • La version japonaise est filée avec une manette six boutons. C’est d’autant plus avantageux face au modèle occidental que la manette USB est reconnue sur PC (donc parfaite pour un jeu de baston si vous n’avez pas de stick) et que le bouton Mode sur la tranche permet d’accéder au menu de l’émulateur sans passer par le bouton Reset sur la console.

  • La finition de l’objet est top. Aucun rapport avec les fausses Mega Drive précédentes. C’est au même niveau que les consoles Mini de Nintendo et la PlayStation Classic, mais avec en plus les détails amovibles comme le clapet de la cartouche, la trappe pour la broche annexe, le potard de son etc.

  • Globalement, je suis par contre un peu déçu par les options de l’émulateur. Le menu est magnifique, la possibilité d’afficher les tranches est assez cool, et on peut ré-arranger le classement des jeux sous diverses catégories, comme d’hab. Mais question confort de jeu, c’est un peu chiche : peu d’options d’affichage, le filtre CRT est pas top, les bordures d’écran sont chiches et assez nulles (on est très loin du niveau de la Mini Super Famicom), la gestion des sauvegardes est un poil plus relou (il faut impérativement lancer un jeu pour ensuite lancer la sauvegarde), impossible de revenir au menu de choix des jeux sans arrêter complètement un jeu… Plein de petits conforts que j’avais pris pour acquis.

  • Honnêtement, je ne pense pas que j’aurais remarqué le problème de son décalé de cinq frames tout seul, mais le seul shmup que j’ai essayé est Darius et je n’ai donc pas vraiment de référence. C’est peut-être plus flagrant sur Thunder Force III ou Sonic 2. Sur les RPG, évidemment, on s’en tape. Sur Daimakaimura / Ghouls’N Ghosts, ça ne m’a pas choqué. J’ai seulement eu l’impression de le ressentir sur les coups de fouet de Vampire Killer / Castlevania: Bloodlines, mais il est possible que ce soit parce que j’étais au courant et donc que mon oreille cherchait le problème.

  • Ce n’est pas de sa faute mais waaah c’est difficile de repasser sur le Tetris de Sega quand on joue à Tetris 99 quotidiennement. Par contre, il y a une option de Hard Drop ; je ne sais pas si elle était dispo dans la ROM originelle.

  • Le portage de Darius est impeccable. Par contre, le jeu est beaucoup plus difficile que Darius II, ouch. Je devrais peut-être essayer le Easy Mode caché dans les options.

J’ai aussi récupéré le Famitsu de cette semaine et le numéro cross-over commémoratif Beep! Mega Drive Fan dont nous discutions dans le topic des bouquins de jeux vidéo.



Le Famitsu de cette semaine est involontairement assez rigolo tant il confirme les biais de l’époque dans le magazine et la manière assez hautaine dont il se comportait à l’époque face à la machine, que ce soit par connivence commerciale (c’est mon avis) ou simple snoberie (si vous êtes moins soupçonneux concernant l’intégrité du magazine à l’époque).

Il est vrai que Famicom Tsūshin notait beaucoup plus sévèrement à l’époque, mais voici par exemple le top 10 des jeux auxquels les lecteurs actuels de Famitsu veulent le plus jouer sur cette Mega Drive Mini. Les deux premiers sont sans surprise Tetris et Darius, qui n’ont donc jamais été notés à l’époque, mais Famitsu a eu l’honnêteté intellectuelle ou l’absence d’introspection de rajouter pour les huit suivants ses Cross Reviews d’époque (textes compris), d’une clairvoyance impressionnante !

# Jeu Note Famitsu d’époque
1 Darius non noté
2 Tetris non noté
3 Yū Yū Hakusho 6 5 7 7 (25/40)
4 Vampire Killer 8 6 7 7 (28/40)
5 Musha Aleste 6 7 8 6 (27/40)
6 Shining Force 8 7 8 6 (29/40)
7 Phantasy Star IV 8 5 8 5 (26/40)
8 Daimakaimura 8 7 8 8 (31/40)
9 Gunstar Heroes 8 8 7 6 (29/40)
10 Landstalker 8 8 8 9 (33/40)

Autre détail qui me fait un poil grincer des dents : la couverture est dédiée à Rent-A-Hero, ce qui est certes assez cool à voir en 2019 mais un peu fort de café puisque le culte autour du jeu avait justement été construit par les magazines spécialisés Sega comme Beep! Mega Drive et Mega Drive Fan, rivaux marginaux de Famicom Tsūshin à l’époque et qui survivaient face aux opés spés et exclusivités négociées de l’ogre Famitsu grâce à ce genre de parti-pris éditorial et contre-culturel.



Justement, parlons de Beep! Mega Drive Fan. Comme promis, ce hors-série commémoratif commun inclut un DVD-ROM d’archives des anciens numéros, ainsi qu’un supplément Darius Perfect Attack de 68 pages se consacrant donc au portage inédit de Darius et combinant encore une fois astucieusement le format (B6 agrafé) et la nomenclature des magazines d’époque : Beep! Mega Drive appelait ses suppléments-soluces Perfect Guide, tandis que Mega Drive Fan appelait ses suppléments-soluces Attack Special.

Le DVD-ROM est une collection de scans (la couverture promet plus de 1000 pages) consacrés aux 40 jeux originaux inclus dans la Mega Drive Mini. Avant de l’inspecter, je croyais bêtement qu’il s’agirait de scans des magazines, mais en fait maintenant que j’y pense, c’est évident qu’ils n’auraient pas pu officiellement intégrer n’importe quelle page et n’importe quel jeu de n’importe quel éditeur. Il s’agit donc exclusivement des pages ou parfois des simples encarts ou colonnes ayant parlé des jeux.

C’est tout de même bien foutu : les scans semblent généralement de bonne qualité et les fichiers PDF (sans DRM à la con) sont séparés par magazine et par source. Par exemple, dans le dossier de Shining Force, il y a quatre fichiers PDF : la collection des articles de B!MD (avec en dessous l’identification du numéro dans lequel est apparu chaque article), la collection des articles de MDF (même souci d’identification), le scan de la soluce Perfect Guide de B!MD, et le scan de la soluce Attack Special de MDF. En tout, dix des quarante jeux ont droit au scan de leur(s) soluce(s). Un DVD moins exhaustif qu’attendu, donc, mais avec un légitime souci d’édition de contenu plutôt qu’un dump brut de décoffrage.

Quant au contenu du magazine à proprement parler, il s’agit de nouveaux articles à mi chemin entre une présentation des jeux et des astuces pour ne pas trop galérer, notamment dans le cas des RPG (ex. un tableau de comparaison des troupes disponibles dans Langrisser II). C’est écrit et maquetté dans le ton des magazines d’époque, et c’est couillon mais j’en tire presque d’avantage satisfaction ce week-end que de la longue pause-déjeuner passée sur la Mega Drive Mini au boulot vendredi. Notez aussi la participation de nombreux artistes d’époque pour des BD ou illustrations commémoratives comme Ryu-TMK, Takemoto Izumi ou Something Yoshimatsu. Le magazine se finit sur un teasing d’un futur bouquin (?) consacré à Beep! Mega Drive, Sega Saturn Magazine et Dreamcast Magazine (les trois noms successifs du magazine à l’époque de son focus exclusif sur les consoles Sega).



Pour conclure, j’aimerais partager trois enquêtes de lecteurs japonais, étalées entre 1995 et 2019, qui me semblent assez intéressantes.

Les deux premières concernent le classement d’époque des lecteurs des deux magazines concernant leurs jeux Mega Drive préférés. Le classement de B!MD est le classement final de la Reader’s Race consacrée à la Mega Drive. Ce hit parade des lecteurs suivait exactement le même format et les mêmes règles que le fameux classement des lecteurs des jeux Saturn dont on a plusieurs fois débattu sur Bouledefeu dans le topic approprié.

Vous me pardonnerez de ne pas vous retranscrir les 400+ titres concernés mais voici donc le Top 20 final des lecteurs de Beep!, entériné dans le numéro de novembre 1995 de Sega Saturn Magazine. J’ai rajouté une petite étoile à côté si le jeu est dispo sur la Mega Drive Mini japonaise. Mettez ce classement en parallèle avec les notes d’époque de Famitsu citées plus haut ; c’est assez truculent.

# Beep! Titre du jeu MD Mini
1 Yū Yū Hakusho Makyōtō Itsusen
2 Phantasy Star: Sennenki no Owari ni
3 Langrisser II
4 Advanced Daisenryaku
5 Lord Monarch
6 Gunstar Heroes
7 Dyna Brothers 2
8 Hybrid Front
9 Shining Force
10 Puyo Puyo
11 Monster World IV
12 Sonic & Knuckles
13 Battle Mania Daiginjō
14 Gauntlet
15 Bare Knuckles II
16 Alien Soldier
17 Party Quiz Mega Q
18 Janō Toryūmon
19 Thunder Force IV
20 Sonic the Hedgehog 2

Janō Toryūmon est un jeu de mahjong de Games Arts. Je suis assez étonné de son classement mais cela vaudra le coup de creuser la question un jour. Il y a donc douze titres de la Mega Drive Mini dans ce top 20, et voici en complément le classement des vingt-six autres jeux sortis à l’époque. Manquent évidemment Tetris et Darius, mais aussi Comix Zone et Madō Monogatari I, sortis trop tard pour figurer dans le classement.

# Beep! Titre du jeu MD Mini
22 Puyo Puyo Tsū
24 Slap Fight
25 Super Fantasy Zone
26 Landstalker
32 Street Fighter II’ Plus Champion Edition
33 Dynamite Headdy
34 Tanto-R
36 Rent-A-Hero
37 Musha Aleste
38 Contra: The Hard Corps
43 WrestleBall
44 Thunder Force III
53 Alisia Dragoon
55 Story of Thor
62 I Love Mickey & Donald
71 Jūsō Kihei Leynos
79 The Super Shinobi
88 Road Rash II
135 Golden Axe
139 Daimakaimura
142 Columns
166 Vampire Killer
170 Snow Brothers
271 Rockman MegaWorld
291 Space Harrier II

Vous remarquerez que la bonne moitié des jeux sont très bien placés puisque 24 jeux de la Mega Drive Mini japonaise figuraient dans le Top 50 des lecteurs de Beep! Mega Drive fin 1995. Notez aussi des plébiscites étonnants comme la position de Road Rash II, largement plus populaire que Vampire Killer par exemple.



Parité oblige, le deuxième classement est son pendant chez la crèmerie d’en face : un sondage des lecteurs de Mega Drive Fan / Saturn Fan réalisé au printemps 1996 pour déterminer les meilleurs jeux de la console. Comme ci-dessus, voici d’abord le Top 20. Cependant, la méthodologie étant différente, il y a plusieurs jeux ex-æquo.

# MD Fan Titre du jeu MD Mini
1 Shining Force
2 Puyo Puyo
3 Sonic the Hedgehog 2
4 Langrisser
5 Shining Force II
Sonic the Hedgehog
Sonic the Hedgehog 3
8 Tanto-R
9 Gunstar Heroes
Landstalker
11 Ecco The Dolphin
12 I Love Mickey & Donald
Puyo Puyo Tsū
Thunder Force IV
15 Phantasy Star: Sennenki no Owari ni
16 Bare Knuckles II
Musha Aleste
18 Sonic & Knuckles
19 Dynamite Headdy
20 Thunder Force III

Comme pour Beep! Mega Drive, douze jeux du Top 20 des lecteurs de Mega Drive Fan sont inclus dans la Mega Drive Mini japonaise, même s’ils sont un poil moins bien classés. Notez un classement qui reflète des goûts sans doute plus proches du public occidental, et notamment une bien plus grande considération pour la franchise Sonic. Je suis tout de même assez surpris que le premier Puyo Puyo soit à ce point plus populaire (ou plus représentatif ?) auprès du public Mega Drive, dixit les deux classements. Je comprends un peu mieux pourquoi la collection Sega Ages sort les deux épisodes séparément sur Switch. Dans le même genre, marrant de voir Langrisser au dessus de Langrisser II chez Mega Drive Fan.

Voici où se situent les jeux manquants dans le classement de Mega Drive Fan. Par un joli hasard, de nombreux jeux sélectionnés pour la Mega Drive Mini sont ex-æquo dans le classement de Mega Drive Fan.

# MD Fan Titre du jeu MD Mini
21 Super Fantasy Zone
Yū Yū Hakusho Makyōtō Itsusen
26 Street Fighter II’ Plus Champion Edition
27 Monster World IV
WrestleBall
30 Langrisser II
39 Rent-A-Hero
50 Lord Monarch
Story of Thor
52 Alisia Dragoon
54 Contra: The Hard Corps
72 Daimakaimura
75 Golden Axe
84 Jūsō Kihei Leynos
The Super Shinobi
Vampire Killer
94 Dyna Brothers 2
118 Rockman MegaWorld
126 Party Quiz Mega Q
131 Hybrid Front
Road Rash II
150 Columns
198 Snow Brothers
210 Slap Fight
280 Space Harrier II

Vous remarquerez des classements moins flatteurs pour quelques chouchous propre au magazine concurrent comme Lord Monarch, Slap Fight, Dyna Brothers 2, Party Quiz Mega Q ou Hybrid Front. J’en déduis par ailleurs que le classement de Beep! Mega Drive a eu une influence significative sur les choix de Sega et M2 pour le catalogue japonais.



Enfin, revenons au présent et à ce nouveau numéro de Famitsu car il contient une enquête auprès des lecteurs du magazine leur demandant, comme d’hab’ pour ce genre de collection rétro, quels titres manquants ils auraient le plus souhaité voir dans la Mega Drive Mini, sans considération d’IP à négocier ou de soucis techniques. 1561 votes qui ont accouché d’un Top 40 que voici. Je vous ai aussi rajouté à côté le classement de ces jeux dans les tops de Beep! et MD Fan contemporains à la console, car le contraste me paraît intéressant.

# Famitsu 2019 Titre du jeu # Beep!MD # MD Fan
1 Mickael Jackson’s Moonwalker 199 126
2 Gauntlet 14 41
3 Shining & The Darkness 98 21
4 Advanced Daisenryaku 4 27
5 Sorcerian 129 84
6 OutRun 94 107
7 Alien Soldier 16 65
Panorama Cotton 85 118
9 Battle Mania Daiginjō 13 94
10 Thunderforce IV 19 12
11 Shining Force II 35 5
12 Chelnov 74 30
13 Phantasy Star II 125 41
14 Virtua Racing 23 33
15 Star Cruiser 50 41
Herzog Zwei 151 169
17 After Burner II 131 110
Strider Hiryū 185 58
19 Super Monaco GP 77 84
Battle Mania 69 46
21 Aladdin 57 24
Bahamut Senki 109 75
23 Kōtetsu Teikoku (Steel Empire) 75 52
24 Tatsujin (Truxton) 248 291
Ex-Ranzā (Ranger X) 76 58
Super Daisenryaku 73 94
27 Sonic the Hedgehog 28 5
28 [V•V] V-Five 46 63
Pulseman 130 135
30 Ecco the Dolphin 115 11
Jūōki (Altered Beast) 376 463
32 Eliminate Down 201 245
Sword of Sodan 408 518
Darius II 147 182
Mega Panel 219 231
Shinsōseiki Ragnacënty (Soleil) 72 36
Bonanza Bros. 246 135
38 Gain Ground 171 118
Splatterhouse Part III 197 94
40 Ristar: the Shooting Star 45 142

Notez tout d’abord un gros biais vers les shoot’em ups, indicatif de la population rétro actuellement active chez le lectorat de Famitsu et précisément la clientèle motivée par la Mega Drive Mini au Japon : ce sont probablement avant tout des fans de STG mis en émoi par le portage officiel de Darius. Notez aussi la présence significative de portages issus de l’arcade, pourtant relativement peu populaires chez Beep! et Mega Drive Fan.

On contextualise souvent le statut (relatif) de niche de la Mega Drive au Japon par son focus sur les portages de jeux d’arcade et notamment ses nombreux shoot’em ups, à l’époque où la PC Engine puis la Super Famicom avaient fortement dévié vers la mode du RPG, mais force est de constater que le lectorat des magazines spécialisés Mega Drive plébiscitait d’avantage les jeux consumer exclusifs à la console, et notamment ses RPG et affiliés, plutôt que les portages de jeux d’arcade. Le public de Mega Drive Fan était particulièrement attaché à la trilogie Shining, et il faudra que je relise de plus près et dans ce contexte les articles de l’époque Saturn Fan consacrés aux différents épisodes Shining de la SegaSaturn.

Sinon, on retrouve sans surprise quelques résultats-mèmes comme Sword of Sodan, réputé localement comme « le pire jeu de la console » car il avait justement fini dernier du classement Beep! Mega Drive, ou Chelnov qui a notamment gagné en popularité grâce à un épisode de Game Center CX. Je ne doute pas que Gauntlet aurait figuré dans la Mega Drive Mini si les droits avaient pu être réglés, vu qu’il s’agit du portage qui a fait connaître M2, et qu’Advanced Daisenryaku ne doit son asbence qu’à l’intelligence d’un(e) stagiaire qui a su proposer d’éviter de foutre des nazis dans la console.

Le premier de ce classement est donc Mickael Jackson’s Moonwalker, qui est sans aucun doute plus emblématique de la Mega Drive en 2019 auprès d’un large public, qu’il n’était adoré à l’époque par les fans de la bécane. Et figurez-vous que c’est justement pour ça que j’ai écrit tout ce post dominical de vingt kilomètres ! Il se trouve que c’est le jeu choisi par Higemaru — dont une autre vidéo ouvrait ce billet — pour célébrer la sortie de la Mega Drive Mini, avec un nouvel enregistrement en haute qualité (1080p60fps, FrameMeister + SoundMod).

3 J'aimes

Concernant certains des titres absents :
_M2 aurait aimé inclure Gauntlet mais ça les aurait obligé à virer un autre titre. M2 a dû mettre de côté un certain nombre de titres qui étaient pourtant prêts à être inclus mais pour lesquels les droits n’étaient effectivement pas disponibles.
_Les droits de Star Cruiser sont partagés entre ses créateurs qui, d’après ce que j’ai cru comprendre, sont un peu en froid. Mais l’absence de ce jeu est peut-être simplement due à une question de priorité.
_Je n’avais pas percuté que Shining and the Darkness n’était pas inclus alors que c’est un des best sellers de la console au Japon. D’après ce que disait Hiroyuki Takahashi lors de la 3e conférence Game Business Archive, le jeu s’est vendu à près de 300 000 exemplaires. Je ne sais pas si c’est un longseller, mais à l’époque de sa sortie, on comptait 600 000 à 700 000 Mega Drive sur le sol japonais ce qui fait un joli ratio.
_Ce n’est pas propre aux épisodes Mega Drive mais la licence Daisenryaku doit une partie de sa popularité à la Guerre du Golf. Quand l’opération Tempête du désert à débuté, Daisenryaku III '90 était en vente depuis quelques semaines et l’opposition parlementaire en a profité pour fustiger le parti en place, se plaignant qu’il était inadmissible qu’un wargame soit commercialisé en temps de guerre. Le jeu a bénéficié d’une grosse couverture médiatique à cette occasion et les ventes ont évidemment grimpé en flèche.

1 J'aime

Super Daisenryaku sur Mega Drive avait énormément bénéficié de ce ramdam, et de la légèreté du catalogue Mega Drive à l’époque (c’est l’un des 21 jeux sortis en 1989), d’où sa présence dans le classement de Famitsu et la mise en chantier immédiate d’Advanced Daisenryaku en collaboration directe avec Sega. Il me semble qu’on en avait déjà parlé sur Boulette.

L’année 1989 de la Mega Drive est une parenthèse assez fascinante de l’histoire de Sega et mériterait presque un bouquin dédié.

[Shining & The Darkness] s’est vendu à près de 300 000 exemplaires.

Sans remettre en doute sa bonne foi, sa mémoire ou sa lucidité, je doute très fortement que ce soit le total des ventes japonaises (même en distribution) de Shining & The Darkness. Soit il s’agit des ventes mondiales, soit il s’agit des ventes JP de tous les épisodes Shining réunis sur Mega Drive.

1 J'aime