[ Shmup !!! ] où il est question de boulettes par pack de 50

Pour info Hellsinker., un dōjin un peu réputé de 2007 avec une héroïne qui semble sortie de l’uchronique version def’ de Drill, vient de rejoindre Steam le week-end dernier.

19 décembre pour ESPradeΨ sur Switch et PS4, avec l’édition limitée ci-dessus en prime. Cette version remasterisée est actuellement jouable en Loketest à la salle Taito HEY d’Akihabara, si vous passez vôtre mois d’août au Japon.

MA-GNI-FIQUE.

Un petit 9800 yen, c’est pas volé !

Je suis allé faire un tour sur le site officiel et…c’est moi ou Joker Jun ne fait pas/plus partie du projet ?!
Je ne le vois cité nulle-part.

Les nouvelles illust ont pourtant bien l’air d’être son oeuvre…
Si ce n’est pas le cas, c’est rudement bien immité.

A moins qu’il ne soit cité sous son vrai nom ?!
Veuillez excuser mes lacunes en kanji si c’est avéré ^^;

Il est mentionné sur le site sous son vrai nom - Junya Inoue / 井上淳哉 - mais pas pour les illustrations de couv’. En revanche, on sait depuis décembre qu’il a réalisé celle de l’édition limitée et il est crédité sur le flyer de l’illustration principale aussi utilisée pour la couv’ de l’édition simple. Après, le monsieur bosse davantage dans la BD que dans le JV depuis une dizaine d’années.

1 J'aime

Son « implication totale » est confirmée dans cette nouvelle PV donc je suppose que ça implique qu’il a retouché les anciennes et dessiné ou au moins participé aux autres nouvelles illustrations.


Le dernier épisode de STG Weekly est consacré à Rival Megagun, récent jeu indé qui grosso modo mélange les concepts de Twinkle Star Sprites et Senko no Ronde.

Dengeki PlayStation sort un numéro qui fait la part belle à M2 demain, avec une interview de Junya Inoue, des infos sur Ubusuna, le nouvel Aleste, le remaster d’ESP.Ra.De, ainsi qu’un projet provisoirement baptisé Gakuen (je ne sais pas si c’est lié à Feveron Gakuen).

J’aimerais bien jouer à Ubusuna avant ma mort… ou avant celle d’Iuchi…

C’est essentiellement de la spéculation de ma part, mais je pense qu’il bossait sur le jeu seul sur son temps libre entre 2 projets du studio et qu’il a probablement fait plusieurs prototypes plus ou moins espacés dans le temps avant de trouver la forme adéquate. Si M2 recommence à parler de ce projet de manière officielle, c’est peut-être parce qu’il rentre dans une phase de développement plus active, avec des renforts internes (dont une probable participation de Manabu Namiki à la bande-son).

Je me demande comment fonctionne Hiroshi Naito, autre légende japonaise à qui on doit Hydlide et qui a lui aussi rejoint M2. Est-ce qu’il a été engagé pour sa connaissance des machines et techniques de programmation de l’époque, pour tendre la main à un vétéran respecté du studio mais qui n’a pas forcément réussi à/eu envie de se fondre dans l’industrie du JV actuelle, ou pour le laisser monter un projet perso au sein de ce même studio entre deux projets de commande ? Je penche pour plusieurs de ces raisons à la fois.

1 J'aime

Un nouveau portage sur Dreamcast via PixelHeart : le portage de Satazius, sympathique shmup horizontal qu’Astro Port avait déjà extirpé de la scène dōjin pour le porter sur Steam en 2011.



Heureuse nouvelle pour les possesseurs de Switch, a fortiori si vous avez résisté au chantage de Taito : la Darius Cozmic Collection est désormais disponible en démat’ sur l’eShop. Il s’agissait jusqu’ici d’un des rares titres exclusifs au format physique. La collection est divisée en deux versions à acheter séparément : la normale (tous les jeux d’arcade) et la Consumer Edition qui contient tous les portages sur console (sauf la version Game Boy qui reste donc exclusive à Amazon Prime). Impossible d’acheter une version contenant tous les jeux dans la même ROM, par contre. Ils en ont profité pour sortir un update qui règle quelques petits problèmes d’émulation de Darius Gaiden et rajoute quelques options de replay.

Et bien figurez vous qu’il y a en ce moment une promo steam pour une compile de 5 jeux Astro Port, dont celui-ici et Gigantic Army, le tout pour 19 euros

1 J'aime

Sauf G!

Ca me fait bizarre de me dire que cette doublette, sans G et sans la conversion Mega Drive du 1er épisode à venir, coûtent plus cher que n’importe quelle console mini.
En même temps, on a tellement pris l’habitude de voir des shmups vendus à prix cassés depuis la PS2, en particulier en dehors du Japon (30 euros le Gradius V à sa sortie en Europe), que le prix de vente de Darius Burst CS avait surpris du monde à sa sortie sur Steam.
En fin de compte, ces 2 compiles coûtent à peu près aussi cher que Darius Burst Chronicles et tous ses DLC (115 euros + 20 euros si vous comptez les acheter à l’unité). Darius reste fidèle à lui-même.
https://store.steampowered.com/bundle/8738/DariusBurst_CS_Super_Saviours_Pack/

Sous-entendu : parmi les jeux de la collection physique sortie l’année dernière. Car sinon, il manque aussi Darius Gaiden Extra Version et Darius Burst, par exemple. Il n’y a pas toutes les sorties Consumer dans l’autre version, non plus. On avait déjà fait le topo des jeux manquants à l’époque, me semble-t-il.

Question culture, la société G.rev (fondée par des transfuges de Taito) tire son nom de G-Darius mais que veut-dire ce “G” ?

Et en parlant de G.rev, savez-vous s’il y a des chances de revoir débouler Under Defeat sur les plateformes actuelles ? J’adore ce jeu, son ambiance, sa coop, ses boulettes de traîtres et sa maniabilité dual stick en mode New Order…

Chaz: Je sais, mais c’est pas une raison pour pas se plaindre encore!

Je sais pas s’il y avait un sens particulier (le scénario et Darius, hein…) par contre c’était un élément du design: y’avait des G partout dans le jeu, et notamment tous les niveaux avaient un G en initiale (Green Globe, Giant Plant, Galaxy Star, Gravity Zero, Genesis, Grave of Culture…). Et le boss de fin était GT (Gran… Great Thing, la baleine à bosse).
Aucune idée de si ça avait un sens, mais c’était cool.

1 J'aime

Je t’avoue que je croyais qu’il était déjà sorti… Mais je confondais avec Zero Gunner 2. C’est leur vingtième anniversaire l’année prochaine donc je ne serais pas surpris qu’on voit débarquer quelques portages pour fêter ça.

G.rev file en ce moment un coup de main sur Enzai Shikkō Yūgi Yurukill, mélange bizarre de jeu d’aventure tendance escape game et de shoot’em up officiellement annoncé la semaine dernière au TGS, donc ils ont l’air de continuer leur petite entreprise en marge des projets élusifs d’Iuchi.

Concernant la lettre G de G-Darius, il me semble qu’on avait cherché ça avec Iggy sans succès il y a quelques années. J’ai le guidebook du portage PS1 quelque part mais je ne pense pas qu’il réponde à cette épineuse question. De toutes façons, il me semble à peu près sûr qu’ils ont trouvé le titre cool avant de lui donner une signification particulière.

La série télé G Gundam, qui était en quelque sorte un reboot de Gundam, a été diffusée entre 1994 et 1995, et Southern All-Stars avait un single à la même époque, Manpī no G-Spot qui semble indiquer que le terme était dans les conversations au milieu de la décennie (même si je ne trouve pas de bouquin sur le sujet s’étant particulièrement bien vendu). Mais on trouve la lettre G exploitée dans pas mal d’occurrences antérieures, comme la célèbre G-Shock de Casio sortie en 1983, ou la série animée Getter Robo G dès 1975. Dans les jeux vidéo japonais, la lettre seule est généralement sous-entendue comme un diminutif de “Great”, “Grand” ou “Gold”. Sinon, j’ai toujours trouvé rigolo et suspicieux que l’addition du G donne à Darius la lettre manquante pour reprendre les lettres de Gradius.

1 J'aime

Merci beaucoup à vous deux, le mystère reste donc entier. Marrant le rapprochement entre G-Drarius et Gradius mais j’imagine qu’à la base, le projet Darius (1986/1987) a été nommé ainsi pour faire écho au populaire Gradius de 1985, neuro-marketing 101.

Protoculture ont tenté de présenter leur Devil Engine Ignition au TGS. Apparemment, le stand Capcom juste derrière balancait des gigawatts de son à longueur de journée.

Blasted tournament audio for half the day at a painfully loud volume including for an hour after closing while we were all tearing down our booths

On veut Gradius V sur Switch, merci.

1 J'aime

C’est toujours comme ça que je l’ai pris, vu l’impact monstrueux de Gradius sur la scène arcade en 1985, mais note malgré tout que le titre en VO est un peu moins proche phonétiquement qu’il ne l’est visuellement avec les lettres latines.

グラディウス GU RA DYU SU
ダライアス DA RA I A SU

Bon, ça reste quand même assez proche de Gradius dans le squelette phonétique du mot, et c’est très éloigné du style habituel des titres de jeux Taito de l’époque. Autre particularité du titre de Taito, sa transcription phonétique ne ressemble pas à celle du roi Darius en Japonais (ダレイオス). Mais vu que Gradius est assurément une interprétation erronée du mot Gladius, Konami n’a pas de leçon à donner…

Seulement le dimanche, si tu suis leur explication sur Twitter, car c’était la scène eSports pas loin des indés. Il s’agissait d’un tournoi de baston sur Street Fighter V. Hors-sujet mais je ne peux m’empêcher de faire remarquer que le jeu à côté est Retro Game Aliens de Qbert (c’est un peu l’équivalent japonais des Français de Midgar Studios, avec un nom pareil !), un sympathique Visual Novel dans lequel on incarne si j’ai bien suivi un mec qui aide une fille à finir un jeu d’aventure (fictif) du début des années 80, ambiance PC-6601 / FM-7. Jeu dans le jeu, quoi. Je suis pas fou du charadesign (dans la partie moderne) mais j’aime beaucoup les nouvelles illustrations de promotion faussement 80’s, à mi-chemin entre Adachi et U-Jin.


1 J'aime