[Supa Pivot Country Club] La tanière des polyglottes

Je ne sais pas si tu fais ça en vue d’une application concrète ou si c’est purement théorique, mais dans le premier cas, le problème c’est que, bonne idée ou pas, personne ne comprendra cette forme parce que personne ne l’utilise.
J’enfonce une porte ouverte, mais une langue sert à communiquer, et ça marche mieux quand on emploie des formes que tout le monde connaît et reconnaît.

En tout cas, en l’état actuel des choses, je ne vois pas où est le problème avec “il fallait qu’il chante une nouvelle chanson.”. Il n’y a même pas de perte d’information par rapport à “il fallait qu’il chantât” vu que toutes les indications temporelles dont on a besoin sont données par le verbe de la principale (mais il y a peut-être d’autres cas plus problématiques, j’ai pas tellement réfléchi à la question).

Mais en fait, je crois que je dirais plutôt : “il devait chanter une nouvelle chanson”.

1 J'aime

Complètement d’accord sur la solution que je proposais ; D

Pour le reste je ferai un post allant plus en profondeur plus tard, j’ai clairement pas assez travaillé hier aprem avec ces bêtises… Mais merci pour vos contribution !

Ce n’est pas pour insister sur Obra Dinn mais Ars Technica a un entretien intéressant avec Pope sur les problèmes de design qu’il a connu au moment de (faire) traduire le jeu.

1 J'aime

je ne sais pas si cette question a sa place ici ou dans un topic technique mais si vous avez une piste pour répondre à cette question :

Is there a term describing the fallacy of equating a video game or board game AI with having real world applications and AGI capabities. For example, a chess algorithm that wins chess does not mean it can master strategy in corporate or military environments. Does anybody know what this term is?

Reason I ask is because I’m considering writing about the fetish of video games in AI research. https://deepmind.com/blog/alphastar-mastering-real-time-strategy-game-starcraft-ii/

Ton interlocuteur ou interlocutrice devrait fouiller là-dedans :

Je dirais que c’est au choix du sophisme de composition (ou fallacy of composition) ou tout bêtement une généralisation (generalization).

1 J'aime

Je vois régulièrement passer des bio de personnes anglophones dans lesquelles est écrit “he/him”, she/her" ou encore “they/them” pour les personnes qui se considèrent de genre neutre. Je comprends bien que c’est pour indiquer le genre, mais je me demande s’il y a une raison à l’emploi de 2 pronoms personnels plutôt que d’un seul ? C’est juste une convention ou bien ?

Si je ne m’abuse c’est une convention qui est née pour s’accommoder des “nouveaux” pronoms, les neutres inventé par ceux qui veulent s’affranchir du genre binaire et ont donc commencé à préciser Xe/Xir et autres, liste explicative nécessaire vu le côté un peu inhabituel du truc, et la convention a été suivie pour les vieux pronoms.

Ce que je comprends, c’est que les pronoms inventés Xim Xer sont tombés en désuétude, et on est revenus sur him/her/them.
Toutefois, dans les non-binary, il y a aussi les he-them et les she-them, je crois ? Les gens qui présentent masculin/féminin et qui ne sont pas dans une logique de pure transition, mais qui essaient des choses hors des sentiers battus des genres rigides de leurs parents ?

Pour être tout à fait honnête, je suis ça de loin en hochant la tête comme je suis Fortnite et Instagram pour pas être un vieux con, mais ça me dépasse un peu. Ça fait de mal à personne et ça les rend contents, tant mieux (tant que ça reste dans la zone anglo-saxonne, parce que faire ce genre de jeu dans une langue romane, bonjour).

Merci pour vos éclaircissements !

Enfin une réponse à une question con que je me posais. Les bonbons PEZ tirent leur nom de “PfeffErminZ, le mot allemand qui désigne la menthe poivrée”. (Source)

2 J'aimes

Dites les ceintures noires en japonais, comment vous traduisez 友&愛 dans le nom d’une entreprise ? Je me doute que ce n’est pas « copains et amours », et je vois bien le jeu de mot « you & I », mais il y a moyen de le rendre en français ? C’est l’équivalent de « & cie » ?

You & I (友&愛) était une chaîne de magasins de location de disques audio super populaire dans les années 80. Elle est connue pour avoir été le premier job de pas mal de grands pontes de l’industrie (fondateur de Sofmap, Avex entre autres). Je ne sais pas ce que tu veux traduire mais si c’est le nom du magasin, juste “You & I” me semble le plus correct.

En l’occurrence メンテ友アンド愛, le nom d’origine d’AlphaDream. C’est tentant de traduire par « Maintenance & Cie » mais en vrai je suis perplexe, à tous points de vue, tant linguistique (ce fameux You&I chelou) que historique (wtf une boîte de JV fondée comme une boîte de BTP avec un nom de magasin de disque ?).

Je n’étais pas au courant de cette anecdote mais l’article de Yahoo! en fait mention en effet :

当社は、1991年(平成3年)5月に内外装工事を目的に(株)メンテ友アンド愛の商号で設立。その後、2000年1月に商号を(株)アルファスターソフトに変更(同年7月に現商号)するとともにゲームソフトの企画・開発に業態を変更し、大手ゲーム機メーカーから携帯ゲーム機を中心としたゲームソフトの企画・開発を受託していた。

Fondée en mai 1991 comme une entreprise de rénovation en bâtiments “Maintenance You and I”, elle change de nom en janvier 2000 pour s’orienter vers le planning et la création de jeux pour le compte de gros éditeurs de jeux.

Je n’ai pas trouvé d’autre source et le site d’AlphaDream ne mentionne que la fondation en Janvier 2000. Ce qui semble plus raccord avec le fait qu’une partie de l’équipe de Mario RPG se soit barrée de Square pour fonder le studio. Il est d’ailleurs précisé sur le profile que Tetsuo Mizuo est le fondateur.
https://web.archive.org/web/20180624174506/http://www.alphadream.co.jp/profile/

Est-ce une erreur de Yahoo ? La reprise d’une entreprise coquille vide pour la fondation ? :thinking:

AlphaDream nous aura offert une des meilleurs pubs de tous les temps donc RIP à eux

Ce ne serait pas la première fois qu’une boîte japonaise change de domaine et occulte tout ce qui est antérieur à ce changement. D’après son site, SNK a été fondée en 78, mais la société avait déjà quelques années d’ancienneté, ce qui conduit à une situation totalement absurde où le premier jeu SNK est sorti quelques mois avant la date de fondation indiquée sur son site.

Effectivement, pour moi aussi Yū&Ai = les disquaires qui avaient embauché Max Matsuura, jamais entendu ça dans un autre contexte commercial en dehors des bouquins de photos de Hayami Yū détenus par un lointain cousin. Donc c’est probablement juste le nom de cette boîte, quoi.

Et comme Fabien, je n’avais jamais entendu parler de cette boîte dans le mythe de la fondation d’Alpha Dream, qui a toujours été « Mizuno se fait dégager de Square après l’échec du lancement de Digicube et retrouve ses copains qui avaient quitté la boîte après Super Mario RPG ». D’ailleurs je trouve louche qu’on ne retrouve cette anecdote en ligne que depuis 24 heures, d’autant que certaines dates ne collent pas. On peut trouver des sources citant la création d’Alpha Star en 1984, par exemple.

Je pense que les trois sociétés ne sont que vaguement liées. Alpha Dream n’a manifestement jamais été une ex-filiale d’Alpha Star autrement que sur le papier, avec des rapports très ténus en dehors de leur relation administrative. C’est sans doute Alpha Star — boîte qui n’avait effectivement rien à voir avec le jeu vidéo — qui a aidé Mizuno à fonder sa nouvelle boîte parce qu’ils se connaissaient (le patron est un copain ? Un investisseur ? Ou à l’inverse une boîte dans laquelle Mizuno a investi ?). Alpha Dream avait son bureau dans les anciens bureaux d’Alpha Star qui a fait faillite en 2003. Peut-être que Yahoo a cherché trop loin dans les paperasses et trouvé une boîte que le patron d’Alpha Star avait ouverte avant celle-ci, ou un autre commerce ouvert par Mizuno, et qu’ils ont tout mélangé. Si lien il y a, c’est grand max parce que certains investisseurs étaient les mêmes, pas parce que des gars se sont regardés un matin devant la glace et ont soudainement décidé de changer de corps de métier.

Sinon c’est sûrement une coïncidence mais je trouve quand même troublant que Nippon Ichi puis Alpha Dream aient eu de gros problèmes juste après avoir collaboré avec ForwardWorks.

Le HuffPost nippon s’est souvenu qu’on s’était posé la question de l’intercompréhension à l’écrit du chinois et du japonais, et en l’occurrence, à ce que les japonais comprennent à des phrases en chinois employant des idéogrammes rares, précieux ou inusités en japonais (genre 我, qui est une variante très old school pour dire « je » en japonais alors qu’il s’agit du sinogramme de base en mandarin - mais j’imagine que ça tout le monde le sait au Japon) ainsi qu’une syntaxe évidemment différente.
Je vais être sincère avec vous, n’ayant pas encore attaqué mon bol de Nesquick je n’ai pas dépassé le chapeau, mais je pense que je prends peu de risque en le déposant ici pour ceux que ça intéresse (et mon moi du futur, quand il aura trouvé du lait)

Edit : bon, en réalité, on est plus sur les faux amis, et notamment les termes pièges qu’un japonais peut rencontrer par hasard en Chine (l’article part d’un graffiti pouvant induire en erreur). Ainsi de 我愛老婆, qui peut se comprendre comme J’aime les vieilles en japonais, alors qu’il s’agit de J’aime mon épouse en chinois ; 左右, littéralement à gauche et à droite en japonais, qui signifie à peu près en chinois ; et 不用勉強了, un très vague *inutile finir ses études" (à la louche) veut dire ne faites pas l’impossible. Le plus savoureux en termes de potentiels malentendus vaudevillesques étant 爱人, qui signifie amant dans une langue et mari dans une autre.

/////

J’en profite pour partager un truc qui trainait dans un brouillon, c’est une traduction en japonais de L’albatros de Baudelaire (au début je cherchais une traduction de La disparition, qui existe, mais je me suis dit qu’on allait plutôt commencer mollo).

海の男たちは時折 気晴らしのために
巨大な海鳥 アホウドリをつかまえる
航海の怠惰な同伴者
すべりゆく船を追いかける怪鳥

甲板の上に置かれるや
海原の王者の何と不器用で情けないことよ
悲壮にも引きずった白く巨大な羽は
まるで二本の櫂のようだ

この大空を飛ぶ者の 何と無様で弱々しいことよ
堂々たる海の王者も 何と間抜けにみえることよ
陶器のパイプで嘴をつつかれたり
ばたばたとさせながら 飛べないさまを真似される

詩人たちもこの空の王者にどこか似ている
嵐をものにせす 飛んでくる矢を笑っているが
ひとたび地上に舞い降りるや
大きな羽が邪魔をして 歩くこともできないのだ

Je suis déçu qu’on perde les rimes et le rythme alangui de l’original, mais si ça se trouve il y a des effets de style proprement japonais que je ne repère pas, avec ma modeste ceinture orange dans la langue de 青空翼. En tout cas j’adore les questions de traduction, c’est souvent des missions impossibles, presque un exercice oulipien, qui donne parfois des trouvailles d’une grande ingéniosité.

Pour ce caractère, il est courant en japonais actuel, donc a priori tout le monde connaît (et sait que c’est “je” en chinois)

Why Kazakhstan is Changing Alphabets

Super vidéo, merci !
Ça me rappelle que la Mongolie (qui a les mêmes problèmes d’être un état-tampon entre la Chine et la Russie au sol riche, au point d’être un des paragraphes majeurs de Yalta) avait tenté ce même coup de virer le cyrillique et de repasser au mongol. Ça a tragiquement raté, sans doute parce qu’ils n’avaient pas mis les moyens, ou qu’ils n’avaient pas un centre dictatorial suffisant pour imposer cette volonté ? Ou alors que la Russie les laissait plutôt tranquilles, et que la majorité de leurs problèmes vient de la Chine et du traitement de la Mongolie Intérieure ?
Faudra que je me re-documente sur la situation politique actuelle en Mongolie, tiens, ça doit chauffer.